O estranho caso de Angélica di Manoel de Oliveira o il fantasma del desiderio

o_estranho_caso_de_angelica

Per quanto concerne la nostra analisi circa O estranho caso de Angélica (2010) di Manoel de Oliveira è opportuno, sin da subito, evidenziare come il suo carattere fantasmatico non dipenda soltanto dalla presenza diegetica del fantasma di Angélica (Pilar López de Ayala), ma concerna soprattutto il processo amoroso e il «morbo malinconico» che affligge colui …Continue reading »

Il cinema, o la decostruzione della rappresentazione

PeterHutton

Il cinema è intimamente correlato con il modernismo in quanto la fa finita con la rappresentazione, cioè salta fuori dal sistema della rappresentazione che stringe nei suoi nodi filosofici l’intera storia dell’Occidente e del suo modo di vedere e agire il mondo. La storia del cinema dimostra chiaramente quanto questo medium sia stato fin dall’inizio …Continue reading »

Brasil !, épisode 3 : …Une météorite sensible et absurde du Cinema Marginal… Meteorango kid, o heroi intergalático, d’André Luiz Oliveira.

Tourné en 1969, quelques années après le coup d’état militaire qui instaura durablement la dictature au Brésil, Meteorango kid, o héroi intergalático est le premier long-métrage d’André Luiz Oliveira. Alors âgé de 21 ans, il était déjà l’auteur d’un court-métrage, Doce amargo, réalisé l’année précédente. À cette époque, le cinéma brésilien est en effervescence, malgré …Continue reading »

Brasil !, épisode 2 : L’utopie du regard de l’autre et sa déconstruction. Notes sur Serras da Desordem (2006) d’Andrea Tonacci

Le film s’ouvre sur l’image, tournée en 35mm, noir et blanc, d’un indien seul dans une clairière. Avec des gestes précis, il allume un feu et s’installe. Maintenant en couleur, le film nous montre un groupe d’indiens, composé d’adultes et d’enfants, dans ce qui pourrait être la même clairière. Ils jouent, se baignent dans la …Continue reading »

Brasil !, épisode 1 : Iracema, uma transamazônica, « une leçon de cinéma-direct qui vient d’Amazonie »

  Réalisé au Brésil en 1974, pendant le régime militaire (1964-1985), Iracema, uma transamazônica met en scène l’idéologie progressiste et patriotique, l’illusion du « miracle économique » et le symbole premier du « Plan d’Intégration National» lancé par le gouvernement de l’époque : la grandiose et inachevée autoroute « transamazônica ». Dans ce geste de produire des images dotées d’un regard …Continue reading »

Notes on the 10th Shanghai Biennale 2014

3a

“The processes of modernisation and industrialisation transformed and redefined all the elements of the social plane…. society itself slowly became industrialised even to the point of transforming human relations and human nature. Society became a factory.” – Empire, Michael Hardt and Antonio Negri Shanghai Biennale 2014 at Power Station of Art – Shanghai Contemporary Art …Continue reading »

IBAFF. Presente, Pasado y Futuro

03

CAMIRA IN IBAFF 2015 Si no hay diálogo y educación en cine, los festivales no tienen sentido, subrayaba Jesús de la Peña, director del Festival Internacional de Cine de Murcia, en su presentación de la sexta edición del IBAFF. En el encuentro “Diálogos: Cánones, Imposturas y Derivas Autorales”, acto celebrado durante el festival, y en …Continue reading »

Festival Internacional de Cine de Murcia (IBAFF)

05

CAMIRA IN IBAFF 2015 Parcourir un espace, renverser le réel Nous appellerons objection visuelle les modes d’actualisation pratique et plastique d’un travail critique au cinéma [1] Nicole Brenez Liminaires de présentation En remettant le prix du meilleur film au portugais Pedro Costa, et son film Cavalo Dinheiro (2014), le jury de la compétition officielle a fait …Continue reading »